L'impuissance masculine : tout savoir


L'impuissance masculine : tout savoir | Le médicament de l'amour

  • L'impuissance masculine
  • Un problème psychologique ?
  • Les traitements

 L'impuissance masculine


Après le Viagra®, la guerre contre l’impuissance s’intensifie avec l’arrivée de deux nouveaux médicaments : Ixense des laboratoires Takeda et Uprima de chez Abott. Ces deux produits mis sur le marché en juin 2001, correspondent à une même molécule, le chlorhydrate d’apomorphine. Utilisée depuis la fin du XIXè siècle comme médicament contre la maladie de Parkinson, ses effets bénéfiques contre les troubles sexuels chez l’homme n’avaient encore jamais été exploités. C’est aujourd’hui chose faite.
L’arsenal contre les problèmes d’érection va également être renforcé d’ici la fin 2002 par le lancement par le groupe pharmaceutique allemand Bayer d’une autre molécule identique à celle du Viagra des laboratoires Pfizer, baptisée Sildenafil. Ce n’est pas tout : Eli-Lilly est également dans les starting blocks avec Cialis.
Selon des estimations assez imprécises, près de 10% des hommes auraient  des problèmes d’impuissance, mais 84% d’entre eux n’abordent pas le sujet avec leur médecin. Bien que l’industrie pharmaceutique commence à produire des médicaments simples à prendre (par voie orale) et efficace, les dysfonctionnements érectiles demeurent encore un sujet tabou.  Si de grandes campagnes publicitaires incitent les hommes à parler de ces troubles, jusqu’à présent le Viagra® n’a connu en France qu’un succès très mitigé.
Seulement 300 000 prescriptions. C’est trop peu … affirment les spécialistes au regard des utilisateurs potentiels. Pfizer, Takeda, Abott et Bayer parviendront-ils à convaincre les utilisateurs potentiels ?



 Un problème psychologique ?

Des problèmes psychologiques peuvent déclencher des troubles de l'érection. Ils sont inévitables dans la mesure où la vie quotidienne offre de multiples motifs d'anxiété et d'angoisse. Ce sont les "pannes" dont parle si bien Stendhal, grand séducteur anxieux, qui en a souvent souffert.
1) Les soucis conjugaux sont le plus souvent impliqués dans la genèse d'un impuissance. La relation au partenaire est source de fréquentes remises en cause des performances de toutes natures, dont la performance sexuelle. La déstabilisation se confirme dans la panne brutale. La lassitude sexuelle est aussi en cause en tant que comportement animal qui affecte aussi l'Homme.

2) La crainte d'échouer n'est pas plus développée chez l'homme mais elle s'exprime de manière plus visible. Cette impuissance de situation survient avec certains partenaires seulement ou dans certaines circonstances (environnement). La réussite de la masturbation en général n'est pas affectée, ce qui doit rassurer sur le caractère psychologique, donc réversible de l'impuissance.

3) L'inexpérience et le manque d'informations sur le fonctionnement sexuel masculin favorise une impulsivité et des craintes infondées qui nuisent à la maîtrise des rapports, donc à une bonne estime de soi, source d'anxiété, elle-même source de troubles de l'érection.

4) Les troubles psychiatriques sont de grand pourvoyeurs d'impuissance. Le plus fréquent, la dépression vraie, entraîne une impuissance et un désinvestissement libidinal caractéristiques : l'homme n'a plus envie de faire l'amour, il ne désire plus les rapports sexuels, quels que soient la ou le partenaires. Les troubles de l'identité sexuelle sont aussi concernés.
La consultation d'un médecin sexologue permet une prise en charge psychologique et conjugale si besoin. Elle permet aussi de faire le point des troubles organiques sous-jacents, qui majorent la débandade psychologique



 Les traitements

Le traitement de toute impuissance repose sur le diagnostic précis de sa ou ses causes (étiologies). Il vise d'abord à corriger la ou les causes organiques, de manière définitive si possible.

1) Les maladies sous-jacentes (diabète, hypercholestérolémie, hypertension artérielle, dépression) sont prises en charge spécifiquement.
2) Les modes de vie à risques (tabagisme, alcoolisme, autres toxicomanies) doivent être revus à moyen et long terme.

3) Les médicaments ayant des effets indésirables néfastes à l'érection peuvent être remis en cause ; cela nécessite une discussion approfondie avec le médecin prescripteur.

4) L'insuffisance fonctionnelle locale due au vieillissement des structures peut être combattue par :
- des médicaments favorisant la dilatation des artères péniennes : le sildénafil commercialisé sous le nom de Viagra® est un exemple,

- des médicaments agissant sur le cerveau (molécule d'apomorphine)
- des injections locales dans les corps érectiles : de prostaglandine E1 …
- des dispositifs de "mise sous vide" de la verge (les vacuums, ou pompes) qui provoquent le remplissage des corps érectiles par aspiration.
- des implants de prothèses rigides avec ou sans pompe incorporée. La verge est rigidifiée en permanence ou pas, et l'érection est artificiellement maintenue.



Accueil